Papy novice

M

Marc

Guest
Bonjour le Forum,

Devant vos témoignages et marques de sympathies (que je lui ai remis), et dont elle vous remercie, la femme, pardon l'épouse de Jean (car il ne disait jamais 'ma femme' parlant d'elle, mais 'mon épouse') m'a donné le texte qu'il a lui-même rédigé pour le jour de ses obsèques (il était très croyant) et d'après elle, ce fut son dernier passage devant l'ordinateur, en me disant qu'il ne désirait laisser à personne d'autre la charge de le faire.
J'ai utilisé le speudo Papy novice en mémoire de lui, mais je ne sais pas quel était son code d'accès.



DANS TES BRAS SEIGNEUR.


La vie est semblable à une bougie allumée et que la flamme s’éteint ; Lorsqu’elle nous quitte, la colombe (notre âme) s’envole. La mort est une échéance inéluctable. Nous la craignons, elle nous angoisse : on aimerait tellement vivre le plus longtemps possible. On aimerait tant qu’elle nous prenne d’un coup, sans la voir arriver. La souffrance de la maladie, les derniers moments, l’arrachement à tous ceux que nous aimons, tout nous fait peur. Etre témoin de la mort de ceux qui nous sont chers est très souvent une terrible épreuve. Elle nous renvoie à notre propre mort et aux questions qui nous hantent. Pourquoi la mort ? Qui l’a faite ? Sur quoi débouche-t-elle ? Est-elle une fin absolue ?
Derrière ces questions se profile le désir de vivre, le besoin radical d’être heureux dans l’amour, de vivre cet amour. Dans les évangiles, la mort est très présente. Il y a celle de Lazare, l’ami de Jésus, celle de la fille de Jaïrus. A chaque fois, on voit combien Jésus est touché, il pleure Lazare, compatit avec les familles. Il fait revenir à la vie : “elle dort” “Lazare, lève-toi !”
Et puis il y a sa propre mort tant redouté : “Seigneur, fais que ce calice s’éloigne de moi.”
Les récits de la passion ne nous épargnent rien de ce douloureux calvaire. Comme un grand malade qui jour après jour s’éteint, Jésus, meurt lentement, dans les souffrances les plus atroces, entouré de sa famille et de ses amis. “Mon Dieu ? mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ?” Mais les Evangiles soulignent aussi l’intense dignité de cette mort. Jésus en impose par son courage et par la vérité dont il témoigne : “Vraiment cet homme était le fils de Dieu” dira le centurion . Cette manière de mourir est plus qu’une invitation à l’espérance. C’est l’ultime témoignage de celui qui savait vers où la mort le conduisait. Il y a dans la mort de Christ, la certitude d’une secrète victoire. Cette certitude est celle des chrétiens, c’est-à-dire de ceux qui ont reçus Jésus comme Sauveur.
Naître pour mourir. L’idée pourrait être abjecte si la particularité de l’homme n’était pas, justement d’avoir pleinement conscience de sa mort. Au cours des siècles, les cultures et les religions ont sans cesse réfléchi à cette question, révélant autant de visions d’un “au-delà” que de manières de vivre le deuil. Parfois seulement symboliques, les attitudes adoptées dans ces moments sont souvent porteuses de l’essence même des religions. En substance, la mort n’est pas un drame.
Ce que l’espérance apporte aux croyants, c’est la promesse de nouveaux lendemains. Dans les faits par contre, la situation de deuil est vécue très différemment selon que l’on est juifs, musulmans, chrétiens ou encore bouddhistes ou hindouistes.
Même si le corps n’est pas exclusivement composé de chair, cette dernière est un élément qui asservit l’homme et le pousse au péché. En prenant un corps de chair, le Verbe incarné en a restauré la dignité fondamentale. Ce qui amène l’apôtre Paul à dire : “Glorifiez Dieu par votre corps. ” Mais tous les cadres que peuvent offrir les religions sur ce sujet sont souvent bouleversés par les conditions dans lesquelles la mort intervient.
Les religions qui peuvent sembler hors du temps par leur aspect théologique, se trouvent confrontées à la nature profonde de l’homme. Qu’en sera-t-il dans quelques années, alors que les progrès de la médecine repoussent les limites du corps humain ? Sans doute les religions pourront-elles encore proposer à l’humanité la réponse qui manque toujours à la question : Que se passe-t-il après la mort ?
La Bible, pour le chrétien “né de nouveau” est sans ambiguïté à ce sujet et l’espérance est en Jésus !
Certains diront où penseront en leur for intérieur : Si seulement Dieu pouvait parler. Mais Dieu parle, savons-nous seulement l’écouter ?
Au Sinaï, Dieu parla à Moïse et aux Israélites. Des coups de tonnerre, des éclairs et un son de trompe de plus en plus puissant précédaient et accompagnaient la Parole de Dieu (Exode 19).
Des siècles plus tard, le prophète Elie retourne à la même montagne de Dieu ; là il revit l’expérience de ses ancêtres : Ouragan, tremblements de terre et feu, et il se tient prêt à écouter Dieu lui parler dans le tonnerre. Mais le Seigneur n’est pas dans les phénomènes traditionnels de sa puissance. Quand cesse le grand bruit, Elie entend “un bruit de fin silence” et alors Dieu lui parle (1 Roi 19). Dieu parle-t-il à voix forte ou dans un souffle de silence ?
Faut-il prendre comme modèle le peuple réuni au pied du Sinaï ou le prophète Elie ?
C’est probablement une fausse alternative. Les phénomènes terribles qui accompagnent le don des dix commandements soulignent leur importance. Garder les dix commandements ou les rejeter est une question de vie ou de mort. Qui voit un enfant courir devant une voiture qui passe a bien raison de crier aussi fort qu’il le peut. Dans des situations analogues, des prophètes ont annoncé la Parole de Dieu de manière à faire tinter les oreilles. Des paroles dites à voix forte se font entendre, elles impressionnent, mais nous savons bien qu’elles ne touchent guère les cœurs. Au lieu d’un accueil, elles rencontrent la résistance.
L’expérience d’Elie montre que Dieu ne veut pas impressionner, mais être compris et accueilli. Dieu a choisi “une voix de fin silence” pour parler. C’est un paradoxe : Le silence de Dieu Parle.
Quand la parole de Dieu se fait “voix de fin silence”, elle est plus efficace que jamais pour changer nos cœurs, nous en avons fait l’expérience. L’ouragan du mont Sinaï fendait les rochers, mais la parole silencieuse de Dieu est capable de briser les cœurs de pierre les plus endurcis. Pour Eli lui-même, le soudain silence était probablement plus redoutable que l’ouragan et le tonnerre.
Les manifestations puissantes de Dieu lui étaient dans un certain sens, familières. C’est le silence de Dieu qui déconcerte, car il est si différent de tout ce qu’Elie connaissait jusque là. Le silence nous prépare à une nouvelle rencontre avec Dieu. Dans le silence, la parole de Dieu peut atteindre les recoins cachés de nos cœurs. Dans le silence, elle se révèle “plus incisive qu’aucun glaive à deux tranchants, elle pénètre jusqu’au point de division de l’âme et de l’esprit. ”
Faisons silence à notre tour et cessons de nous cacher devant Dieu, et la lumière de Christ pourra nous atteindre, nous guérir et transformer même ce dont nous avons honte. L’Eternel Dieu, à glorieusement pourvu au salut des hommes par son Fils, Jésus-Christ. Il l’offre à tous gratuitement, mais l’homme sa créature, reste responsable de son acceptation ou de son rejet. Cependant, sachons que “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. ” Tous les hommes et toutes les femmes sont destinés à être sauvés, mais tous ne veulent pas répondre à cet appel. Quelle tragédie ! Ne soyons pas comptés parmi ceux à qui Jésus, dira un jour : “Vous n’avez pas voulu venir à moi pour avoir la vie. ” Ce jour-là, la porte de la grâce sera définitivement fermée. Dieu offre à quiconque le désire sincèrement, le salut, la paix, la joie, pour chacun avec lui-même, par son Fils Jésus, le Sauveur du monde. Quelle chance nous avons !
Chantons au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles. Sa main a sanctifié son Fils bien-aimé, son bras puissant l’a glorifié. Le Seigneur a fait connaître son salut, aux yeux de tous il a révélé sa justice. En ce grand jour le Seigneur a envoyé sa grâce, la nuit a retenti de sa louange. Voici le jour que le Seigneur a fait, jour de triomphe et jour de joie. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le Seigneur est Dieu, sa gloire a resplendi à nos yeux. Que les cieux se réjouissent et que la terre exulte, que jubile la mer avec ses habitants, que fleurissent les plaines et chantent les forêts !
Mes frères, mes sœurs, que le Seigneur Jésus-Christ, notre bien-aimé vous garde dans ses voies, mais surtout, surtout, que vous demeuriez toujours avec lui, jusqu’à ce, qu’à votre tour, il vous appelle et vous prennent près de lui, lorsqu’à vous aussi il dira : Viens. Béni soit son Nom !
Merci à tous les médecins qui ont eu au cours de ma vie, la charge de me secourir, de me protéger et de me sauver ? Merci à tous les chirurgiens qui mettent en pratique le fabuleux don que Dieu leur a donné. Merci à tous les anesthésistes dont beaucoup ont eues des sueurs froides pour me ramener à la vie. Merci à tous les personnels soignants dans leurs diversités pour leur gentillesse et leur dévouement.
A Louisette, ma bien-aimée sur cette terre, mon épouse devant Dieu et devant les hommes, je lui dis très simplement devant vous, réunis auprès d’elle, ici aujourd’hui : Merci.
Merci pour tout l’amour que tu m’as témoigné. Merci d’avoir accepté de partager ta vie avec moi. Merci pour tout le bonheur que tu m’as donné sans compter. Merci pour tes silences, oh combien éloquents. Merci de m’avoir toujours épaulé, d’avoir toujours été près de moi dans les moments difficiles, et Dieu sait qu’il y en a eus. Merci pour les enfants que tu m’as donnés. Merci pour tout ce que j’ai oublié.
A mes enfants et petits enfants que j’ai chéris tendrement, vous que j’ai aimés, pas toujours comme je l’aurai souhaité, ni surtout comme vous l’auriez désiré ; Je vous en conjure avec force, puissance et amour : Ne repoussez pas indéfiniment l’amour de Jésus ; Pour vous aussi, Christ est mort sur la croix. Il est, Lui seul, LA PORTE que nous devons tous franchir et je sais qu’IL est là !
 

Robert

XLDnaute Barbatruc
Bonjour Marc, Brigitte, bonjour le forum,

Je suis bouleversé par ce texte. Je n'ai rien à dire alors je me tais et j'attends que ça sèche.

À Louisette, tout mon soutien dans cette épreuve.

Amitíes,

Robert
 

PascalXLD

XLDnaute Barbatruc
Modérateur
Bonjour

Je me permets juste de mettre le lien vers ce Lien supprimé où certains d'entre nous ont commencé a exprimer leur peine, leurs condoléances.

Cela permettra à Marc d'imprimer un seul fil pour transmettre à la famille car il en a la possiblité
 

Gael

XLDnaute Barbatruc
Bonjour Marc, bonjour Brigitte,

Merci, Marc, pour ce très beau texte qui nous montre à quel point notre Papy Novive aimait la vie et ceux qui l'entouraient mais pour moi qui suis aussi croyant, nous donne la certitude qu'il est parti en paix et le coeur rempli d'espérance.

Amicalement,

Gaël
 

Charly2

Nous a quittés en 2006
Repose en paix
Bonjour,

Comme vous, je suis bouleversé par ce texte plein d'émotions et d'espérance. Je ne sais que dire d'autre que les mots de Robert : j'attends aussi que mes larmes sèchent.

J'aurais aimé connaître comme toi ce grand monsieur qu'était Papy Novice...

Je ne lui adresse pas un adieu mais un à Dieu.

Lionel
 
T

Thibaut

Guest
De passage dans ce salon, je viens de prendre connaissance de cet écrit émouvant. Emouvant à plus d'un titre. Je ne suis pas croyant et je n'ai pas connu Papy novice, mais force est de reconnaître que ce texte me bouleverse et m'interpelle...
Quand j'ai lu que lui-même l'avait écrit sentant sans doute que sa fin était proche.... Mais c'est plus une 'lettre d'amour' qu'un adieu.
Vraiment j'en ai les larmes aux yeux.
Avec toute ma compassion pour ce GRAND.
 

Tonio 74

XLDnaute Occasionnel
Bonjour à toutes et tous,

Lorsqu'on lisait ses posts, il n'y avait aucun dépassement dans ses mots et surtout beaucoup de politesse, il nous manquera.
Toute ma sympthie à sa famille.
Bonne journée à tout le monde.
 

KIM

XLDnaute Accro
Bonjour le forum,
Je viens de lire ce texte émouvant. Il m'a bouleversé, J'ai les larmes aux yeux. Effectivement c'est un texte plein d'amour et de paix interne et de conseils pas seulement à sa famille mais à nous tous.
Toutes mes condoléances et ma sysmpathie à sa famille
KIM
 
M

Marc

Guest
A tout le Forum,
et plus particulièrement à :

_Thierry,
Abel,
André,
Bricofire,
Brigitte,
Celeda,
Charly,
Dan,
Didique,
Gael,
Gibson94,
Gipéhel62,
Hervé,
Jacques,
Jean33,
Jean Marie,
Jean Michel,
Jean Pierre,
Kim,
Lapinou1,
Lionel,
Mamounette,
Marie74,
Michel XLD,
Pascal,
Robert,
Thibaut,
Tibo,
Tonio 74,
et tous ceux que j'aurai oubliés où qui viendront plus tard.

J'ai remis les impressions (couleur) du témoignage de vos marques de sympathies à Louisette, (l'épouse de Papy novice) qui en est bouleversée et s'est effondrée en larmes. Elle vous en remercie de tout son coeur, et m'a chargé de vous transmettre ceci car elle en bien incapable, mais elle m'a donnée une sacré leçon que je ne suis pas près d'oublier.

Apprends-nous, Seigneur, à bien user du temps que tu nous donnes pour travailler, et à bien l’employer sans rien en perdre.
Apprends-nous à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans les scrupules qui nous rongent.
Apprends-nous à prévoir ton plan sans nous tourmenter, à imaginer l’œuvre sans nous désoler si elle jaillit autrement.
Apprends-nous à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.
Aide-nous là où nous sommes le plus faible, et au cœur du labeur à tenir serré le fil de l’attention, et surtout, comble toi-même les vides de nos œuvres.
Seigneur, dans tout labeur de nos mains, laisse une grâce de toi pour parler aux autres, et un défaut de nous pour parler à nous-même.
La souffrance apprend à beaucoup de personnes à s’ouvrir aux autres, à apprécier la délicatesse des soignants.
Elle fait naître en elles un désir de vivre, d’aider les autres, ne serait-ce que par un sourire, à être attentifs aux gestes d’affection.
Elle enseigne aussi, l’humilité, surtout quand on dépend totalement des autres.
Cela suppose un cœur accueillant, un oubli de soi.
La souffrance devient alors purification.
Elle nous apprend l’essentiel de la vie : l’Amour de Dieu se manifestant à nous dans les gestes de délicatesse, d’attention, d’amour des autres.
Cependant, celui à qui Jésus s’est révélé, quand il souffre, donne tout à Dieu et laisse Jésus souffrir en lui 'Je ne souffre plus, c’est Jésus qui souffre en moi'.
Sa souffrance, alors, entre dans le mystère de la Rédemption, car elle devient communion au Christ Crucifié et Ressuscité.
Elle est fécondité et joie. Gloire soit rendue à Christ, notre Seigneur.
Que chacun de vous garde patience devant les problèmes, l'adversité, car une solution existe pour chaque chose, dans chaque situation.
Mon époux a énormément apprit et progressé dans ce qu'il aimait par dessus tout 'l'informatique mais principalement Excel'
Au nom de celui qui fut si brièvement mon époux, Jean, je vous remercie d'avoir partagé vos connaissances en augmentant ce qui est devenu les siennes.
J'invite mon ami Marc, et chacun de vous également, à faire que cette petite graine qui a été semée se fortifie et grandisse comme un arbre planté près d'un ruisseau, tout ce qui est petit est appelé à grandir.
Ce qu'il aimait à rappeler à chacun et que' _Thierry' a si bien su faire ressortir.
Marc en te disant cela, je m'adresse aussi à toi. Je sais que tu peine sur un problème qui t'échappe, mais encore une fois, tout problème à une solution.
Sois patient et tu recevras l'aide que tu attends de celui qui déjà est ton ami, mais que tu ignore peut-être encore et n'oublie jamais, pardonne, pardonne, pardonne et dit merci.
Louisette.
 

jepi67

XLDnaute Occasionnel
Bonjour à toutes et tous,

Poignant;
on manque de mots pour ces évènements.

Toutes mes condoléances et ma sympathie aux proches de Papy Jean.

Jean-Pierre (67)
 

Charly2

Nous a quittés en 2006
Repose en paix
Bonsoir tout le monde,

Décidément, Jean et Louisette sont un couple qui savent parler à nos coeurs et faire jaillir l'envie d'être soi et d'aider les autres, d'être les autres par leur empathie...

J'utilise le présent pour dire qu'ils sont car rien ne sépare jamais deux êtres dont la complicité est si forte. Jean a été digne dans la souffrance tout autant que Louisette l'a été. Puissions-nous être aussi fort qu'eux quand le moment viendra.

Je n'ai pas envie de mettre un formule de politesse à la fin de ce message, mais simplement de faire un GROS bisou à Louisette pour tout ce qu'elle a remué en moi, et de dire MERCI à Jean pour la même raison. La vie n'est pas une fin en soi...

Lionel
 

jeanpierre

Nous a quitté
Repose en paix
Bonsoir à vous,

Je n'ai pas grand chose à dire, les mots me manque et les larmes sont trop fortes.

Sinon, une amitiè (trop) lointaine à Louisette, et un petit d'oeil à notre ami Jean, que je n'ai rencontré que dans ses instants éternels d'espérance.

Ma profonde sympathie à vous deux...

Jean-Pierre
 

ya_v_ka

XLDnaute Impliqué
wooooooawww quelle émotion

bin si les larmes nettoyent effectivement les yeux, les miens doivent avoir retrouvé l'éclat qu'ils avaient à ma naissance...

qui aurait pu me dire, en entrant par hasard sur ce site il y a près d'un an qu'au lieu d'un simple dépannage je me retrouverait pratiquement avec une famille virtuelle, énorme, incroyable telle que celle-ci.

je me joins aux autres pour présenter mes condoléances et souhaiter quand même le meilleur à ceux qui restent...

Christian
 

jmr

XLDnaute Occasionnel
bonsoir le salon et le fil
que dire devant de telle mots ,peut etre juste une amitiés sincére à louisette,et une grande peine pour notre ami jean qui nous manqueras toujours par sa sagesse sur se forum :eek: :eek:
 

Statistiques des forums

Discussions
300 793
Messages
1 987 236
Membres
209 746
dernier inscrit
mb1982